Avec la destitution formelle de Dilma Rousseff en Août 2016, le Brésil, ville organisatrice des JO d’été 2016, doit faire face à une crise politique sans précédent. 

C’est dans un contexte sombre que s’ouvre la cérémonie des Jeux Olympiques le 5 Août 2016. En effet, une procédure d’impeachment a été lancée contre la présidente du pays dans un scandale de corruption avec la compagnie pétrolière Petrobras.

dilma-rousseff
Crédits: veja.abril.com.br

Comprendre l’affaire très complexe de Dilma Rousseff dans un contexte politique agité:

Pour comprendre le contexte, revenons sur l’histoire politique du Brésil :

Après une histoire rythmée par le colonialisme, la traite des Noirs et les coups d’Etat, en 2002, Luiz Inacio Lula Da Silva est élu président puis réélu en 2006. Il est le premier à être issu du Parti des Travailleurs. Sous son gouvernement, le pays sort du marasme économique, accède au statut de pays émergent. Les banque refont confiance à l’Etat et la monnaie se stabilise.  En septembre 2010, le géant pétrolier Petrobras devient le symbole de cette forte croissance en réussissant la plus grande augmentation de capital de l’histoire.

Lula met en place le programme Fome Zero, politique publique qui vise à l’éradication de la faim et l’exclusion sociale. Il a ainsi permis a de nombreuses familles de sortir de la pauvreté. Le nombre de personnes appartenant à la classe moyenne étant passé de 43% en 2003 à un peu plus de 53% en 2010.

En 2010, Dilma Rousseff, succède à Lula et devient la première femme présidente du pays. Elle est réélue en 2014 mais elle est destituée en 2016, à la fin des Jeux Olympiques, et elle est remplacée par son ancien vice-président Michel Temer.

Retraçons les dates clés de la Présidence de Dilma Rousseff :

2010: Arrivée au pouvoir de la première femme présidente qui compte poursuivre les progrès de Lula, à savoir réduire la pauvreté et relancer l’économie de la puissante émergente.

2014: Dilma Rousseff est réélue avec un contexte économique et social tendu avant que la croissance du pays ne commence à « flancher » et que l’inflation s’attaque au pouvoir d’achat de la classe moyenne…

Mars 2014: Scandale de Petrobras (groupe pétrolier public). Dilma Rousseff et son parti sont soupçonnés d’avoir détournés des fonds publics pour ses campagnes présidentielles. Le pays est entré en récession (première fois deux années consécutives depuis 1930).

2015: Le PIB chute de 3,8% et le président de la chambre des députés, Eduardo Cunha, ancien allié de Dilma, lance contre elle, une politique de destitution pour le maquillage de comptes publics 1 an avant sa réélection.

Mars 2016 : 3 millions de brésiliens exaspérés manifestent dans plus de 400 villes du pays criant « Dilma dehors ». Le domicile de la présidente est perquisitionné, elle est contrainte de faire une déposition devant les policiers. Dilma Rousseff demande l’aide de Lula. L’enregistrement d’une conversation téléphonique entre Lula et Rousseff,  est diffusé. Cet élément accentue davantage les soupçons des brésiliens envers elle. La présidente perd ensuite ses plus grands alliés (les députés du PMDB quittent le gouvernement), accélérant ainsi la procédure de destitution.

Avril 2016 :

* Le 14 → Luiz Inacio Lula Da Silva et Dilma Rousseff sont officiellement accusés d’avoir eu recours à un «pédalage budgétaire » ou maquillage de fonds publics.

* Le 17 → Les députés votent  impeachment, procédure de destitution ! En effet, épauler la chef d’état la plus impopulaire de l’histoire de la jeune démocratie brésilienne serait un mauvais calcul électoral avant les municipales d’octobre…

Mai 2016: La présidente est éloignée du pouvoir pendant 180 jours, durée de la procédure de vote à la majorité simple de sa destitution : remplacement temporaire de Dilma par son vice-président, Michel Terner, qu’elle accuse de traîtrise.

5 août 2016: Peu de chefs d’état confirment leur présence aux JO, méfiants par rapport au contexte d’instabilité politique du Brésil. Le vendredi 5 août, lors de la cérémonie d’ouverture, la gène envahit le stade Maracana.

31 août 2016 : Après des heures de débat, la chef d’état est officiellement destituée par le vote final d’une majorité des 2/3 du sénat (61 voies contre 20). Michel Temer est élu nouveau Président du Bérsil.

1er septembre: Dilma Rousseff fait appel, désirant un nouveau procès !

Afficher l'image d'origine
Crédits: http://www.Europe1.fr
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s